Qu’est-ce qu’un waka ?

Le waka (和歌, « poème japonais ») regroupe un ensemble de plusieurs formes de poésies traditionnelles japonaises depuis l’antiquité. Parmi les formes les plus connues, le chūka (長歌, « poème long ») et le tanka (短歌, « poème court »), seule cette dernière resta employée à l’aube de l’époque de Heian. C’est pourquoi le terme waka désigne communément un tanka depuis le septième siècle.

Le tanka est une forme poétique composée d’un texte sans rime de trente-et-une mores réparties en cinq vers. Le texte est construit en deux parties, la seconde venant conforter la première. La première partie appelée kami-no-ku (上の句, « section haute ») est un tercet suivant un rythme de 5-7-5 mores. La seconde partie appelée shimo-no-ku (下の句, « section basse ») est un distique suivant un rythme de 7-7 mores. Les thèmes de composition sont libres et variés : décrire l’émotion ressentie à la vue d’un paysage, exprimer la douleur d’aimer un être cher, parler de sentiments joyeux, etc.

En prenant pour exemple le tanka ci-contre on peut lire :

うごけずに はなやる かさもり
きみになり あま宿やどりする」

[u-go-ke-zu-ni ha-na-bi-o-mi-ya-ru ka-sa-no-mo-ri]

[ki-mi-no-me-ni-na-ri a-ma-ya-do-ri-su-ru]

« Sans pouvoir bouger, on voit au loin les feux d’artifices, dans une forêt de parapluies. Devenant tes yeux, je cherche à nous abriter de la pluie. » - Jōji

On peut voir que ce poème est présenté sur deux colonnes : la première correspondant au tercet avec trois vers alignés (5-7-5), et la seconde correspondant au distique avec deux vers alignés (7-7). Il existe différentes manières de présenter un poème selon l’effet que l’on souhaite apporter. Le nom de l’auteur est inscrit à la fin en bas à gauche.

L’époque de Nara marqua l’accomplissement de la forme waka. Vers l’an 780, Ōtomo no Yakamochi qui compila l’anthologie du Man’yōshū (万葉集, « recueil de dix-mille feuilles »), inclut environ 4 500 poèmes venant d’empereurs, de fonctionnaires de bas rangs et même de paysans. Durant l’époque de Heian qui suivit, les nobles qui avaient des connaissances en poésie participèrent au développement du waka. De plus lors d’un amour naissant, les personnes concernées s’échangèrent des poèmes d’amours ce qui a contribué à leur croissance.

À travers les âges, les poètes avaient des avis différents sur la définition d’un poème de qualité. Selon Fujiwara no Teika, l’auteur du Hyakunin isshu, un tanka devrait respecter les principes suivants :

  • Un tanka doit être composé avec cœur
  • Chaque mot pris un par un n’est ni bon ni mauvais
  • Choisir les mots en fonction de leur enchainement
  • Se servir de modèles parmi les poèmes d’autrefois
  • Privilégier le sens des mots plutôt que la qualité générale
Prev Next

Commentaire

Laisser un commentaire