Poème n°5
Cerf avec les érables

おくやまに 紅葉もみじみわけ 鹿しか

こえくときぞ あきかなしき

Traduction

Au fond de la montagne, se frayant un chemin à travers les feuilles d’érables, le cerf pousse un cri. Que l’automne est triste en l’entendant !

Sarumaru Taïfu

Explications

Entendant le cri d’un cerf, l’auteur exprime le soupir d’être séparé d’un être cher.

Les cerfs sont depuis longtemps des animaux très familiers pour les japonais. Pendant le rut en automne, les mâles poussent des cris aigus, semblables à des couinements, pour appeler les femelles. Les poètes d’autrefois associaient le cri du cerf à des soupirs amoureux.

Dans une montagne isolée, parmi le bruissement des feuilles d’érables parsemées sur le sol, l’auteur entend l’appel d’un cerf cherchant sa compagne, et ressent un sentiment de solitude qui s’intensifie avec la tristesse automnale.

 

Précisions

Le symbolisme du cerf au Japon.

Appelé shika en japonais, ce petit cervidé est répartie sur les quatre îles principales du Japon. Plus d’un millier d’entres eux vivent dans le parc de la ville de Nara. Longtemps considérés comme sacrés, ils sont à présent protégés en tant que monument naturel.

Un jeu de carte traditionnel japonais appelé hanafuda, basé sur la nature et les saisons, contient une carte représentant un cerf avec des érables qui évoque la même chose que ce poème. Cette carte symbolise une union forte dans un couple.

 

Auteur

Sarumaru Taïfu 「さるまるたい」 (dates inconnues)

Son existence reste un mystère. Une des seules références faite à son sujet se trouve dans la préface du Kokin wakashū, où le style de Ōtomo no Kuronushi est présenté comme provenant de celui de Sarumaru. C’est dans cette anthologie que l’on y trouve également ce poème, cependant il est classé parmi ceux dont l’auteur est inconnu.

On retrouve un poème très similaire dans une anthologie probablement écrite par Sarumaru, ce qui porte à croire qu’il en est l’auteur. Selon une théorie, son nom serait peut-être un alias du poète Kakinomoto no Hitomaro car leur style poétique est très proche, mais rien ne permet de savoir si ce poète à réellement existé ou non.

Il est l’un des trente-six grands poètes sélectionnés par Fujiwara no Kintō.

Prev Next

Commentaire

Laisser un commentaire